Then my first 6000 m, the Huayna Potosí (6088 m) lundi, Déc 10 2007 

After weeks and weeks trying to do it, we could last week-end climb the Huayna Potosí, my first mountain over 6000 m. We went a group of 6 Quebecers, 1 Acadian (the guy that live in my building with which I do mountain) and 2 Bolivian’s friend. Also, what was cool is that we went with the travel agency of a friend that I met during the Silluntinkara treck and that manage the shelters in the mountain. Also, as he came with us to guide us, we had a really personally treck and had the chance to do ski. So, the Huayna Potosí is one of the easiest 6000 m to do. It’s for that reason that a lot of tourists climb it every year. But even if it’s more accessible you really feel the lake of oxygen. Myself I didn’t have problem since I’m use to climb for weeks but some of the group felt it and 3 persons didn’t get to the top. During all the treck and at the top the view were really impressive. Here is the link to see the pictures :

Day 1, http://hec.facebook.com/album.php?aid=38805&l=2b989&id=752741286

Day 2, http://hec.facebook.com/album.php?aid=38809&l=0e181&id=752741286

A incredible experience that I want to duplicate ‘coz I couldn’t get to the top by the trail that I wanted : a 200 m wall of 60é70 degrees that my partner on the rope couldn’t do it ‘coz he was to tired.

Publicités

Al final mi primer 6000 m, el Huayna Potosí (6088 m) lundi, Déc 10 2007 

Después semanas y semanas que hablábamos de a lo mejor, quizás, quien sabe, talvez, hacer el Huayna Potosí, mi primero 6000 m, al final lo hicimos el fin pasado. Fuimos con 6 otros Quebecense, el Acadiense y 2 Bolivianas. Fuimos con la agencia de viaje de un amigo que encontré durante el treck de Silluntinkara. El tiene la agencia que maneja los refugios de la montaña entonces estaba lo mejor que pudimos encontrar y como es un amigo mió el nos guió entonces fui mucho más personal con más placer. El Huayna Potosí es una de las montañas de 6000 m más fácil a subir pero se siente mucho el falta de oxigeno. Yo, como hago montaña desde semanas, no tuve problema pero algunas personas del grupo tuvieron más dificultad a llegar a la cima que yo y 3 personas no han llegado a la cumbre. En la cima y durante todo la caminata, la vista estaba una belleza. Aquí esta el vinculo para verla :

Día 1, http://hec.facebook.com/album.php?aid=38805&l=2b989&id=752741286

Día 2, http://hec.facebook.com/album.php?aid=38809&l=0e181&id=752741286

Entonces, estaba una experiencia increíble que quiero hacer otra vez (un 6000 m y dicho Huayna Potosí porque no pude llegar a la cima por la ruta que quise, una pared de 200 m con 60-70 grados de inclinación porque mi compañero de corda estaba demasiado candado para hacerlo).

Enfin mon premier 6000 m, le Huayna Potosí (6088 m) lundi, Déc 10 2007 

Après des semaines et des semaines à essayer de peut-être, qui sait, on verra, on sait jamais, faire le Huayna Potosí, mon premier 6000 m, nous avons finalement pu le faire la fin de semaine dernière! Nous étions un groupe de 6 Québécois, 1 Acadien (celui qui vit en bas de chez moi et avec qui je fais de la montagne) et 2 Boliviennes. Nous y sommes allé avec l’agence de voyage d’un ami que j’ai rencontré durant le treck du Silluntinkara et qui est le propriétaire de l’agence de voyage qui s’occupe des refuges sur la montagne, donc nous ne pouvions pas tomber mieux. Pour vous situer un peu mieux, le Huayna Potosí est la montagne de plus de 6000 m la plus facile à escalader de toute la Bolivie (beaucoup de touristes le font à chaque année) et qui se fait à l’année (plusieurs montagnes ne peuvent s’escalader durant la période des pluies). Mais malgré cette facilité d’accès, le manque d’oxygène se fait sentir très rapidement et nombreux sont ceux qui n’atteignent pas le sommet. Pour ma part, comme je fais de la montagne depuis plusieurs semaines je n’ai pas eu de problème à monter jusqu’au sommet. Par contre, la plupart des personnes du groupe ont ressenti une grande fatigue et 3 personnes n’ont pas atteint le sommet. Dommage pour eux car du sommet et durant toute la randonnée la vue était d’une beauté indescriptible, d’ailleurs voici le lien pour les photos :

Jour 1, http://hec.facebook.com/album.php?aid=38805&l=2b989&id=752741286

Jour 2, http://hec.facebook.com/album.php?aid=38809&l=0e181&id=752741286

Ce fut donc une expérience incroyable que je veux absolument recommencer (faire un autre 6000 m et dont le Huayna Potosí car dû à la fatigue de mon partenaire de cordée, l’Acadien, je n’ai pas pu prendre une route plus difficile pour arriver au sommet, soit une paroi de 200 m à 60-70 degrés d’inclinaison).

Enfin, pour un récit en détail de l’aventure, voici en exclusivité (je n’ai pas traduit cette partie du message) un courriel que j’ai envoyé à une amie que je vous retranscris ici :

La randonnée de cette fin de semaine a commencé à partir du camp de base à 4750 m samedi matin pour aller jusqu’au camp d’altitude (5200 m) où nous avons couché. Cette partie de randonnée se faisait avec tout notre matériel d’escalade, donc près de 50 livres (25 kg) de stock. On a dû marcher 3h00 ou 3h30 pour s’y rendre. Ensuite, la randonnée pour le sommet a commencé dans la nuit de dimanche à 1h30 du matin afin de profiter de meilleures conditions de neige et de glace (plus froid, donc plus dur). Pour ma part j’ai eu droit à 1h30 de sommeil avant de partir car l’excitation de faire mon premier 6000 m après tant de semaine d’attente m’avait enlevé toute envie de dormir (et aussi on s’est couché à 18h00, donc ce n’est pas une heure à laquelle je suis habitué d’aller faire dodo!). L’ascension jusqu’au sommet nous a pris 5h20 au rythme de mon co-équipier (on y va encorder donc j’allais à son rythme qui est vraiment plus lent que le mien, le gars étant moins en forme que moi). Nous sommes restés au sommet une bonne demi-heure je crois. Ensuite, nous avons redescendu au camp d’altitude en 1h00 ou 1h30 où nous nous sommes reposés un peu, nous nous sommes changés de vêtement et avons refait nos sac à dos avant de redescendre au camp de base en 1 heure. Bref, de la grosse rando. crissement le fun et fatigante. Moi j’ai eu un petit mal de tête au camp d’altitude (5200 m) où des aspirines m’ont réglé le problème. Ensuite, durant la randonnée, à près de 5900 m, j’ai eu des étourdissement mais où, après avoir pissé un bon coup, le tout est revenu à la normale. Finalement, à 6078 m (à 10 m du sommet) j’ai eu de légers mots de coeur. J’ai donc mangé un peu de chocolat au sommet et bu une boisson énergétique et encore là, hop! je suis redevenu « frais comme une rose ». Au retour au camp d’altitude j’ai eu un fichu mal de tête mais encore là mes amies Aspirine m’ont réglé le problème en pas grand temps.

My Bolivians wishes jeudi, Déc 6 2007 

It’s not that I want to tease you but in one week (Friday December 14th) it will be for me the beginning of vacations. So in one week I’ll leave to Cuzco, Peru, where I’ll meet my girlfriend Saturday December 15th. We’ll pass together almost 3 weeks. I’m really glad. Also, since I’ll be away from my computer during that time (I’ll be really busy until that time), I’d like to send you my best wishes for Christmas and New Year. I hope everybody will pass a good time with family and friends. Take care and see you in 2008.

Mis deseos bolivianos jeudi, Déc 6 2007 

No que quiero molestar a ustedes, pero en una semana (viernes 14 diciembre) será para mí el inicio de las vacaciones. Es en una semana que saldré por Cuzco en Perú para encontrar mi novia que va a llegar sábado 15 diciembre y se quedará conmigo por casi 3 semanas. Se va a estar buenas vacaciones. Además, como es el tiempo de las fiestas, me gustaría mandar a todos mis mejores deseos. Que ustedes pasan un buen tiempo de Navidad y Nuevo Año con su familia y amigos. ¡A todos mando un abrazo y un beso!

Mes vœux boliviens jeudi, Déc 6 2007 

Non que je veules vous taquiner mais dans une semaine (vendredi 14 décembre) ce sera pour moi le début des vacances. En effet, dans une semaine je partirai pour Cuzco au Pérou afin de rejoindre ma douce moitié qui arrivera samedi 15 décembre. Nous passerons ainsi près de 3 semaines ensemble lors de la période des fêtes.

Ainsi, comme je serai loin de mon clavier pour un certain temps (je serai dès plus occupé d’ici le début de mes vacances) je désire profiter de l’occasion pour vous offrir mes vœux boliviens de Noël et de Bonne année. Certes je vous souhaite l’habituel bonheur, santé et prospérité mais, à ce dernier voeu, j’aimerais spécifier prospérité du cœur et de l’esprit. Pourquoi cette spécification? Car je trouve que bien souvent en cette folle période de consommation, nous préférons le matériel à l’essentiel, soit le bien-ÊTRE. Le bien-ÊTRE de nos relations amicales et familiales, le bien-ÊTRE intellectuel, le bien-ÊTRE physique et le bien-ÊTRE de notre environnement, de notre planète. Ne prenez pas ce message comme moralisateur mais bel et bien comme un vœu. Le vœu que tous passent cette période unique de l’année comme un moment de réconfort humain, de réjouissance, de festivité familiale et amicale, comme un temps de repos mérité, comme une pause du stress du quotidien, comme un moment privilégié à la réflexion sur notre société. Sur ce, Joyeux Noël et Bonne année à tous!