Vendredi dernier avec un ami belge (Antoine), nous décidons d’aller voir des films mexicains gratuits présentés dans le cadre d’une programmation spéciale au cinéma municipale. Durant la semaine, Antoine y était allé à 2 reprises et avait adoré malgré le fait que très peu de personne en profitait (lors d’une présentation, ils étaient 3 dans la salle!). Donc, nous nous dirigeons vers le cinéma et, surpris, nous voyons de l’animation à l’extérieur et une salle pleine à l’intérieur. Tout joyeux nous entrons dans la salle, on se fait donner des dépliants d’information, un porte-clé et… une invitation officielle!! C’est à ce moment que des doutes se sont immiscés dans notre esprit quant au fait que la programmation mexicaine aurait lieu. Finalement, c’est en lisant l’invitation que notre doute s’est dissipé et que les déceptions d’Antoine se sont confirmés (ce dernier tenait vraiment à voir les films). Non, il n’y aurait pas de présentation de longs métrages mexicains mais plutôt le lancement officiel d’une mini-série télévisée sur les droits des adolescents. On a eu donc droit à toute la partie protocolaire et à 3 chapitres de la mini-série, qui se trouve en fait à être un programme d’éducation sociale et sexuelle des adolescents boliviens!, et à un vin d’honneur sans vin! Bref, on a eu un beau changement de programmation. Au moins le vin d’honneur de la fin nous a consolé avec une boisson gazeuse et des salteñas (genre de pain fourré délicieux).

Ensuite, samedi dernier par un pur hasard moi et Éric, l’Acadien qui demeure en bas de chez-moi, rencontrons 2 jeunes (19-20 ans) Boliviennes bien sympathiques. Nous échangeons nos numéros respectifs de cellulaire et le soir venu nous nous appelons afin d’aller prendre un verre et faire plus amples connaissances. Comme Éric et moi étions allés en montagne en après-midi et que nous y retournions le lendemain, nous étions un peu fatigué et ne voulions pas rentrés trop tard, donc on se donne rendez-vous à 22h00. Après 15 minutes d’attente à notre point de rencontre, Éric et moi les rappelons et leur donnons directement rendez-vous au bar. Finalement, après 2 bières et 1h30 passé au bar on ne les a jamais vu et nous sommes allés nous coucher! C’est ce qu’on appelle un rendez-vous bolivien! (Je fais des farces car c’est la première fois que quelqu’un ne se pointe pas à un rendez-vous. Par contre, les retards sont chose commune!).

Publicités